CES Las Vegas Live by ND , la conclusion

Startup-CES-Las-Vegas-

Une conclusion en deux points :

« Innover ce n’est pas être créatif. Innover c’est transformer les idées en réalité et en factures. »

L’éclairage fourni par Frédéric Fréry (expert APM, professeur ESCP Europe, Centrale, Stanford University…) marquera nos esprits pour longtemps.

En effet, sur une partie du salon, nous avons pu découvrir des centaines de jeunes pousses, pleines d’énergies et d’idées. Parmi elles, beaucoup, vraiment beaucoup (on ne le dira jamais assez) de français ! La plupart de ces jeunes entreprises n’ont pas encore lancé leurs produits sur le marché mais dévoilent ici fièrement leurs précieux concepts. Certaines ne sont même pas encore très claires sur leur business model…

De l’autre côté du salon, nous avons retrouvé les exposants disposants de produits finis. Des majors, souvent asiatiques.
De là, il est aisé de faire un raccourci à charge : il y a ceux qui ont des idées. Et ceux qui innovent.
Il y a ceux qui sont créatifs ( espace Eureka dédié aux start-up).
Et ceux qui produisent déjà et gagnent du cash (Sands et LVCC). Est-ce que les seconds sont ceux qui prenaient des photos chez les premiers l’année dernière ?
Difficile à dire. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il y a très peu de stands asiatiques parmi les start-ups et beaucoup, beaucoup parmi les vendeurs de produits finis High Tech.

 

Le C.E.S est-il vraiment ce qu’il prétend être ?

On ne va pas vous mentir. Maintenant que l’on vous a fait briller les yeux pendant toute la semaine, il est temps de conclure avec un peu de prise de hauteur.

Le CES vaut moins par les innovations présentées que par les rencontres que l’on peut y faire.
Dans notre groupe, nombreux sont ceux qui ont identifié de futurs partenaires ou fournisseurs.

Le networking entre français qui se retrouvent à 11h de vol de Paris dans une ville mythique, pour un événement hors norme devient totalement naturel. Les rencontres se multiplient du 1er au dernier jour.

Sur le fond, bien sûr le CES regorge d’innovations et de talents. Mais est-ce si différent des salons européens (Paris Retail Week, Mobile World Congress de Barcelone) ou des salons asiatiques (de Shenzen à Hong Kong…) ?
On ne s’aventurera pas jusqu’à répondre à la question 😉

Reste que la magie du lieu est indéniable. La couverture médiatique, le marketing opéré par les acteurs concernés, le hold-up réussi de la FrenchTech sur le pavillon des start-ups justifient à eux seuls le déplacement !

 

FrenchTech-CES-2018
Partager :
FacebookTwitterLinkedInGoogle+PinterestEmail